Palais des Hirondelles

Nature du bien : Deux propriétés bâties et terrains attenants
Axe d’intervention : Logement
Axe d’intervention : 1 099 m²
Durée de portage :
Opération : Rétrocédée
Adhérent(s) à l’initiative de cette opération : BARBY

La commune de Barby poursuit, dans le cadre de l’élaboration de son Plan Local d’Urbanisme (PLU), un projet urbain de réaménagement de son centre-ville, en termes d’accès, de voiries, de modes de transports doux et de logements. Le périmètre de réflexion pour ce projet inclut notamment un ensemble immobilier inoccupé depuis de nombreuses années, ainsi qu’un terrain attenant, dont la municipalité a souhaité obtenir la maîtrise foncière par le biais d’une intervention de l’EPFL. Elle a donc sollicité le concours de l’établissement pour une mission d’opérateur foncier en 2009.

Cet ensemble, constitué d’un corps de bâtiment (et son terrain) sur plusieurs parcelles se situe en face de la mairie, au centre de la commune.Un promoteur est propriétaire de 2/3 du bâti, à l’abandon, et dispose d’un permis de construire pour un projet toujours dans l’attente. L’autre partie est la propriété d’un jeune couple.

Dans un premier temps, la commune souhaite voir la réalisation d’un projet d’ensemble par le promoteur, qui permettrait une cession à la commune d’une partie des terrains pour le réaménagement des voiries. La commune multiplie alors les démarches, sans succès, pour inciter le promoteur à acquérir la deuxième partie du bâtiment occupée par le couple.

Devant cette impasse, la collectivité sollicite l’EPFL pour entreprendre les négociations avec le promoteur et le jeune couple. En 2009, le promoteur accepte de vendre son tènement à l’EPFL, dont une partie (terrain) est directement cédée à la commune, qui pourra débuter ses travaux. L’EPFL négocie et acquiert ensuite la partie du bâtiment appartenant au jeune couple, maîtrisant ainsi la totalité de l’emprise (1100 m²). La collectivité pourra ainsi faire ses aménagements et promouvoir une opération d’ensemble sur ce secteur. Dans le même temps, l’EPFL met le bâtiment à disposition de la commune, qui engage des travaux de remise en l’état en vue de louer temporairement ces appartements. Cet ensemble a été porté pendant 4 ans et rétrocédé à la commune en 2011.